Le plancher bas se situe au rez-de-chaussée de l’habitation. Son isolation est souvent négligée, à tort ! L’isolation du plancher bas est tout aussi importante que celle des murs ou de la toiture. Dans cet article, nous parcourons le pourquoi du comment de l’isolation du plancher bas et vous indiquons comment bénéficier d’une prime CEE isolation plancher bas.

Travaux isolation d’un plancher

Financez une partie de votre travaux d’isolation de plancher avec le CEE

 

Prime Eco Energie plancher : ce qu’il faut savoir

Les travaux d’isolation du plancher peuvent vite coûter cher, notamment en rénovation. Pour vous permettre de rentabiliser encore davantage votre investissement, des aides financières peuvent vous être attribuées. C’est le cas notamment de la prime énergie C2E isolation plancher. Celle-ci fait partie d’un dispositif amorcé par l’Etat en 2005 mais vous est versée par les fournisseurs / revendeurs d’énergie sous forme de capital (chèque), d’avoirs ou de bons d’achats.

La prime CEE Isolation est cumulable avec d’autres aides financières telles que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (remplacé en 2019 par la prime travaux). Vous pouvez également financer tout ou une partie de vos travaux d’isolation de plancher bas en souscrivant un éco-prêt à taux zéro auprès de votre banque.

Ci-dessous, nous traitons de la prime C2E et de ses caractéristiques en matière d’isolation du plancher.

Certaines conditions applicables pour bénéficier de la prime

Pour que votre chantier soit éligible à la prime énergie, la résistance thermique totale de l’isolation du plancher bas doit être supérieure ou égale à 3 m².K/W (anciennement 2,4). La résistance thermique définit la capacité de l’isolation à ne pas conduire la chaleur. Autrement dit, plus celle-ci est élevée, moins la chaleur ne s’échappe de l’habitation. Pour bénéficier de la prime CEE isolation plancher bas, la preuve de l’opération comprenant les informations relatives aux isolants doit être apportée.

La résistance thermique est le critère principal d’éligibilité concernant l’isolation des planchers bas, mais il en existe d’autres :

  • Le logement doit avoir plus de 2 ans d’ancienneté,
  • L’isolation du plancher bas doit avoir été effectuée par un artisan RGE spécialisé dans l’isolation. L’avantage de faire appel à un professionnel RGE, c’est que ce dernier a déjà mené des chantiers d’efficacité énergétique par le passé et a suivi une formation liée aux matériaux isolants et à leurs caractéristiques. Aussi, ils s’engagent à respecter une certaine charte de qualité. Note : une attestation sur l’honneur doit fournir la preuve de la réalisation du chantier par cet artisan après la fin des travaux.
  • La réalisation d’une pré-visite sur site, doit être effectuée par l’artisan RGE avant le commencement des travaux. Celle-ci sert à confirmer l’éligibilité de votre chantier d’isolation au dispositif CEE isolation plancher bas. En matière de plancher bas par exemple, l’isolation sur terre plein ne fait pas partie des chantiers éligibles !

Cas pour l’installation plancher chauffant

Performance énergétique et confort du plancher chauffant…

Le plancher chauffant est un équipement très performant en cela qu’il ne consomme que très peu d’électricité. Pour être éligible à la prime C2E en la matière, le réseau d’eau de votre circuit de plancher chauffant devra être chauffé à moins de 40°C (notez qu’en baissant la température de consigne, il est possible de réaliser jusqu’à 15% d’économies supplémentaires sur la facture de chauffage). Aussi, celui-ci doit être équipé d’un dispositif de régulation commandé par une sonde de température. Enfin, la facture de l’artisan RGE à la fin des travaux devra comporter la mention « installation plancher chauffant hydraulique à basse température associé à une régulation thermique ». Toutes ces caractéristiques sont indiquées dans la fiche technique officielle BAR-TH-116.

A tout moment, demandez conseil à votre artisan si vous n’êtes pas sûr(e) de l’éligibilité de votre appareil.

Quelle Prime Energie plancher chauffant ?

Il n’est pas évident d’estimer le montant de la prime énergie en matière de plancher bas chauffant. A titre d’exemple, pour une surface de chauffe de 70 m² dans une habitation en Loire-Atlantique, comptez recevoir une prime CEE isolation plancher bas d’environ 200 € net. Cela dépend bien évidemment d’une multitude de facteurs. Aussi, la meilleure option pour vous reste d’effectuer par vous-même une simulation de prime CEE isolation plancher en ligne.

Trouver le bon artisan RGE pour les travaux d’isolation plancher bas

Il existe de plus en plus de professionnels certifiés RGE en matière d’isolation. Pour déterminer ceux disponibles dans votre commune ou département d’habitation, consultez le site officiel du gouvernement : vous y trouverez un annuaire.

Sélectionnez le domaine de travaux “Isolation des murs et planchers bas” puis indiquez votre rayon géographique. Vous pouvez également effectuer une recherche inversée en entrant le nom d’un artisan de sorte de vérifier son domaine d’expertise et la validité de sa certification.

Avant de sélectionner un artisan, n’oubliez pas de comparer soigneusement les devis que l’on vous propose : le prix peut rapidement varier ! Sachez que le montant de la facture n’a absolument aucune incidence sur celui de la prime CEE isolation plancher bas. Aussi, il est d’autant plus intéressant de chercher à réduire vos coûts, notamment en termes de main d’oeuvre.

 

Prime Energie plancher bas : pourquoi et comment isoler son plancher ?

Des avantages économiques et écologiques

Saviez-vous que 7 à 10% des déperditions de chaleur de votre habitation sont susceptibles de provenir de votre plancher bas, si celui-ci est mal isolé ? Ces déperditions impliquent que vous consommez plus que vous ne le devriez pour atteindre une qualité de chauffe convenant aux besoins de votre foyer. Plus l’isolation est abîmée, plus les pertes énergétiques augmentent, et vos factures de chauffage par la même occasion.

Procéder à une bonne isolation de votre plancher vous permettra de réduire vos consommations annuelles pour ainsi économiser sur le long terme. Aussi, le confort thermique de votre habitation en sera grandement amélioré et les remontées d’humidité réduites au minimum.

Notons également que moins vous utiliserez de combustible ou d’électricité, plus vous limitez votre impact négatif sur l’environnement en rejetant moins de gaz à effet de serre. Aussi, le classement DPE de votre habitation en sera meilleur (un argument de taille à la revente !).

Quelques techniques d’isolation éligibles au CEE isolation plancher bas

Le plancher bas peut se situer sur terre plein, sur sous-sol (ou local non chauffé) ou encore sur vide sanitaire. Selon sa nature, il conviendra donc de choisir la meilleure technique d’isolation pour le plancher bas.

  • L’isolation par le dessus, indiquée en cas de plancher sur terre plein ou lorsque le vide sanitaire n’est pas accessible. Ici, l’isolant est posé sur la face extérieure du plancher : le revêtement existant doit donc être déposé, tout comme l’éventuelle chape ou dalle de béton. Ces travaux d’ampleur sont coûteux : entre 3 000 et 5 000 € en règle générale dépendamment de l’isolant choisi, de la superficie et du prix de la main d’oeuvre. L’idéal est donc de combiner cette technique avec l’installation d’un plancher chauffant, de sorte d’optimiser les coûts.
  • L’isolation en sous-face, dans le cas où il existe une pièce non chauffée en-dessous (garage, cave…). L’isolant doit être collé ou vissé sur le plafond dans le cas de plaques isolantes. Il peut également être soufflé, mais c’est moins courant. Choisissez un isolant souple en cas de surface abîmée, rigide si le plancher bas est en bon état. L’avantage de cette technique est son caractère économique. En revanche, il faut prendre en compte une perte relative de hauteur sous plafond. Notez qu’il est possible d’installer un pare-vapeur, mais celui-ci n’est pas obligatoire : le risque de condensation est réduit puisque la paroi est étanche à l’air.
  • L’isolation entre les solives, envisageable pour tous types de planchers bas à ossature bois ou métallique, sauf sur terre plein. Le principe ? Isoler les vides situés entre les solives. Une couche d’isolant souple est toutefois recommandée en surface pour limiter les ponts thermiques. La perte de hauteur sous plafond est ici réduite au maximum.

A quoi être vigilant lors des travaux d’isolation du plancher ?

Dans le cas d’une isolation sur plancher, il est particulièrement important de veiller à la conservation ou au déplacement des gaines du réseau de gaz ou d’électricité situées dans les plinthes. Le niveau du plancher sera en effet surélevé. Il conviendra également de découper les portes à hauteur. Comptez perdre entre 10 et 20 cm en général. Le constat est le même pour une isolation en sous-face : les boîtiers de dérivation électrique doivent être conservés en l’état.

Pour bénéficier de la prime CEE isolation plancher bas, rien de plus simple ! Comparez les offres des fournisseurs d’énergie et effectuez des simulations de prime en ligne. Après travaux, votre dossier de candidature doit être envoyé sous 8 mois.

 

Ces primes énergies dédiées à l’isolation peuvent vous intéresser :