Où en est l’éolien en France ?

éolien en france

A l’heure actuelle, l’énergie éolienne compte parmi les plus utilisées au monde après le solaire et l’énergie hydraulique. Cette énergie verte a même fait son apparition à l’échelle du résidentiel et se matérialise par l’apparition d’éoliennes dites “domestiques”. Dans quelle mesure utiliser l’éolien au niveau domestique ? Où en est la France en matière d’énergie verte ? Nous passons en revue quelques éléments de contexte dans cet article. 

A lire également : le guide de la Prime Eco Energie.

Rappel : qu’est-ce qu’une éolienne ?

L’éolienne est constituée d’un mât de 80 à 100 mètres de haut, relié à des pâles actionnées par le vent. Une éolienne est un équipement capable de convertir l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique, elle-même utilisable pour la production d’électricité. Les éoliennes d’un même parc sont raccordées entre elles ainsi qu’au réseau électrique via un transformateur. Si la puissance d’une éolienne évolue généralement entre 1,8 et 3 MW, la puissance moyenne d’un parc éolien en France est estimée à 10 MW. 

Éolien : une énergie verte au service de la transition écologique

L’éolien est une énergie verte très plébiscitée à l’heure actuelle en France. En 2019, 77% des français disaient y être favorables selon Opinion Way. Ils étaient plus de 80% dans le milieu des riverains des parcs éoliens, un fait particulièrement révélateur. Fort d’un engouement partagé et d’implications gouvernementales fortes, l’éolien prend de plus en plus sa place dans le panorama français. En France sur l’année 2017, 16,8% d’énergies renouvelables étaient utilisées pour la production d’électricité, l’énergie hydraulique comptant pour 9,2%, suivi par l’éolien (4,5%) et le solaire (1,7%).  

La filière, qui emploie plus de 18 000 personnes, a vocation à se développer encore davantage, notamment en vue de l’atteinte des objectifs de transition énergétique fixés par la France. 

La loi de transition énergétique pour la croissance verte a par exemple pour but de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 et de porter la part des énergies renouvelables à 32% de la consommation finale brute d’énergie en 2030. Pour ce qui est de la filière éolienne, la programmation pluriannuelle de l’Energie ou PPE fixe des paliers entre 21 800 MW et 26 000 MW de production éolienne au 31 décembre 2023 et entre 34 100 et 35 600 MW à l’horizon 2028. L’éolien a donc plus que jamais un enjeu fort à l’échelle nationale, d’autant plus que la France dispose du 2ème plus grand gisement Européen en la matière, après la Grande Bretagne.  

Etat des lieux de l’éolien en France

En 2019, la production d’électricité d’origine éolienne était de 27,8 TWh en France, une production portée avant tout par la région des Hauts-de-France suivie du Grand-Est. A contrario, les régions les moins productrices d’électricité éolienne sont l’Ile de France et la Corse. Ci-dessous, un état des lieux de la situation de l’éolien par région, au 31 décembre 2019. 

Région de France  Nombre d’installations   Puissance en MW 
Hauts-de-France  439  4215 
Grand Est  367  3527 
Centre-Val de Loire  122  1250 
Bourgogne-Franche-Comté  82  793 
Ile-de-France  11  89 
Normandie  119  836 
Pays de la Loire  129  961 
Bretagne  170  1047 
Occitanie  191  1619 
Nouvelle-Aquitaine  122  1007 
Auvergne-Rhône-Alpes  104  552 
Provence-Alpes-Côte d’Azur  17  48 
Corse  3  18 

Lorsque l’on parle d’éolien, on parle aussi bien du terrestre (ou onshore) que du maritime (ou offshore). Leur différence réside dans la nature de leurs fondations. Placées en mer, les éoliennes offshores permettent de capter un vent plus fort et donc de générer plus d’énergie. A l’heure actuelle, 6 parcs éoliens français se trouvent actuellement en mer ou y sont en cours de développement, en Loire-Atlantique, dans le Calvados, en Vendée et en Seine-Maritime notamment. A l’échelle mondiale, le Royaume-Uni dispose de la plus grande capacité d’éolien en mer (6,84 GW) suivi par l’Allemagne et par la Chine. 

Que sera l’éolien de demain ? 

Cela fait maintenant des années que l’énergie éolienne pèse de façon croissante dans le mix énergétique français. Si la part de cette énergie verte est à ce jour élevée, des efforts devront tout de même être menés pour renforcer cette tendance et atteindre les objectifs ambitieux fixés par la France. Parmi les améliorations à venir, on compte : 

  • Augmenter la hauteur totale des éoliennes de sorte de faire croître leur puissance unitaire et d’exploiter les zones géographiques actuellement moins favorables en termes de ventUne mesure nécessaire qui implique toutefois d’adapter les plafonds aéronautiques etc… 
  • Anticiper les besoins régionaux et réduire de ce fait les délais de raccordement, 
  • Augmenter le volume des appels d’offres, 
  • Etc. 

Il faudra également jouer avec les réglementations françaises existantes en matière de biodiversité ou de patrimoine, parmi les plus strictes d’Europe. 

Eolien domestique : une fausse bonne idée ?

Saviez-vous que l’éolien s’invite également à notre domicile ?  

Pour produire vous-même votre électricité grâce à l’air, l’installation d’une éolienne domestique peut être envisagée. Celle-ci est moins puissante et moins grosse qu’une éolienne classique : un mât entre 10 et 35 mètres de haut pour une puissance comprise entre 100 W et 20 kW. Mais attention au prix ! Il faudra compter entre 10 000 € et 90 000 € TTC pour son installation, selon la puissance envisagée et de la technologie utilisée, un investissement qu’il vous serait difficile d’absorber avec des revenus moyens annuels de l’ordre de 1 000 € seulement. Du coté des formalités administratives, il vous faudra également obtenir l’accord de votre voisinage ainsi qu’un permis de construire en bonne et due forme.  

A la place d’une éolienne classique, pourquoi ne pas opter pour un modèle turbolien ? Ce type d’éolienne se place sur une toiture. Elle est également moins chère et moins encombrante (rotor d’environ 1 mètres de diamètre seulement) ! Il faudra tout de même compter entre 15 000 et 25 000 €. Aussi, les retours d’expérience sur ce genre de modèle sont plutôt décevants à l’heure actuelle. 

Vous l’aurez compris : l’éolien à l’échelle domestique est à ce jour envisageable, mais encore trop peu optimisé pour un usage particulier. Vous obtiendrez une bien meilleure rentabilité en optant pour le solaire via l’installation de panneaux photovoltaïques, par exemple. 

En France comme dans le monde, l’éolien affiche un niveau de croissance très soutenu, ceci du fait dcadres économiques plus stables notamment et d’une accélération du rythme de développement des infrastructures adaptées. Cette énergie verte fera donc sans aucun doute partie du panorama du renouvelable pendant encore longtemps. Reste à voir dans quelle mesure.