Vous souhaitez effectuer prochainement des travaux de rénovation énergétique et avez dans l’ambition de les financer en partie grâce à une prime Énergie C2E ? Si votre chantier est éligible, il vous est tout à fait possible d’en percevoir une. Mais comment estimer le montant de cette dernière en fonction des travaux effectués ? Nous vous offrons de répondre à cette question au moyen de témoignages concrets.

Réaliser des travaux de rénovation énergétique

 

Quels critères conditionnent le montant de la prime C2E ?

Avant toute chose, il est important de savoir comment est calculée la prime C2E. En fait, son calcul est assez simple, une fois que les variables déterminantes ont été identifiées :

Le type de travaux. Le montant de la prime C2E augmente proportionnellement aux économies d’énergie générées grâce à la réalisation du chantier (elles-même directement liées à la performance des appareils installés). Autrement dit, si vous réalisez l’isolation de votre toiture grâce à du polystyrène expansé et que cela vous permet d’économiser 800€ / an sur votre facture de chauffage, vous toucherez une prime plus importante que si vous réalisiez l’isolation de la même toiture avec un matériau moins isolant sur le long terme, puisque vous réaliserez potentiellement moins d’économies d’énergie.

La localisation géographique du chantier. Très concrètement, la France est divisée en zones H1, H2 et H3 (elles-mêmes divisées en zones a, b et c). A chaque zone correspond un coefficient qui est appliqué aux travaux afin de déterminer le montant final de la prime Énergie. La zone géographique est prise en compte puisqu’elle détermine la façon dont vous consommez de l’énergie au quotidien, en fonction du climat notamment.

Le mode de chauffage du logement. Ce critère est aussi primordial parce qu’il détermine dans quelle mesure vous réaliserez des économies d’énergie après la réalisation du chantier, les énergies coûtant plus ou moins cher sur l’année.

Il convient de noter que vos revenus conditionnent aussi le montant de la prime Énergie, notamment lorsque ceux-ci sont très faibles. Le dispositif C2E permet en effet de récompenser d’autant plus les foyers aux revenus modestes réalisant des travaux de rénovation énergétique. Cette prime bonifiée est appelée prime Énergie Plus.

Montant de la prime Énergie : comparez les fournisseurs !

La prime Énergie que vous allez recevoir vous est transmise par un fournisseur d’énergie auquel vous avez choisi de faire appel. Sachez que selon les acteurs, le montant de la prime Énergie peut varier ! Ainsi, il est plus que recommandé d’effectuer des simulations gratuites chez plusieurs d’entre eux avant de vous lancer.

 

Cas particuliers : quelle prime Énergie pour mes travaux ?

Sylvie R. (Gironde)

Habitation : appartement de 65 m² habitables.
Travaux réalisés : isolation du plancher intégral, surface totale de 60 m².
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : électricité
Revenus de référence : entre 21 001 et 26 923 €

Prime énergie reçue : 576 €

Antoine B. (Île de France)

Habitation : maison de 140 m² habitables.
Travaux réalisés : isolation de la toiture, des combles et du plancher du logement.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : gaz
Revenus de référence : entre 25 500 et 31 245 €

Prime énergie reçue : 1428 €

Adrien D. (Loire-Atlantique)

Habitation : maison de 90
m² habitables.
Travaux réalisés : installation d’un chauffe-eau thermodynamique.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : électricité
Revenus de référence : entre 21 001 et 26 923 €

Prime énergie reçue : 89 €

Pierre F. (Alsace)

Habitation : maison de 110 m² habitables.
Travaux réalisés : installation d’une pompe à chaleur air-eau.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : électricité
Revenus de référence : entre 29 506 et 37 826 €

Prime énergie reçue : 380 €

Hélène G. (Vendée)

Habitation : appartement de 100 m² habitables.
Travaux réalisés : installation d’une pompe à chaleur air-air.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : gaz
Revenus de référence : entre 29 506 et 37 820 €

Prime énergie reçue : 120 €

Yann P.. (Centre)

Habitation : studio de 35 m² habitables.
Travaux réalisés : isolation des murs du logement sur 25 m².
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : électricité
Revenus de référence : entre 14 360 et 18 409 €

Prime énergie reçue : 135 €

Gaëlle P. (Poitou Charentes)

Habitation : maison de 150 m² habitables.
Travaux réalisés : installation d’une chaudière gaz à condensation.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : gaz
Revenus de référence : entre 29 506 et 37 826 €

Prime énergie reçue : 359 €

Sylvain R. (Gard)

Habitation : maison de 100 m² habitables (3 occupants).
Travaux réalisés : installation d’un système solaire combiné.
Mode de chauffage privilégié de l’habitation : électricité
Revenus de référence : entre 29 506 et 37 826 €

Prime énergie reçue : 108 €

Il faut savoir que le montant des primes relatives à certains travaux ont été revalorisés en janvier 2015. L’isolation d’un plancher par exemple a connu une hausse de 21%, et 24% pour l’isolation des murs. Néanmoins, certains travaux ont subi au contraire des baisses considérables : – 49% pour l’installation des poêles à bois, par exemple. Ces valorisations ou dévalorisations sont effectuées en fonction de l’évolution du marché et du caractère commun ou non des différents éco-travaux à l’heure actuelle.

Muni(e) des informations ci-dessus, vous devriez être en mesure de vous faire une idée plus précise du montant de la prime Énergie à laquelle vous avez droit. N’oubliez pas : pour en bénéficier, votre dossier doit être déposé AVANT le début des travaux et avant même la signature du devis chez votre artisan RGE.