Prime énergie VMC : tout savoir sur cette aide

Une ventilation mal entretenue est la cause d’une mauvaise aération du domicile mais est également responsable de pertes de chaleur. Au contraire, remplacer son système de ventilation permet d’optimiser le renouvellement de l’air ambiant, d’assainir votre logement et de diminuer votre facture de chauffage. De ce fait, le remplacement de la ventilation fait partie des travaux éligibles à la prime énergie C2E pour bénéficier d’une prime énergie renouvelable. Quels sont les équipements permettant de bénéficier d’une prime énergie VMC ? Existe-t-il d’autres conditions d’éligibilité ? Nous parcourons ces sujets.

Prime énergie VMC

Quels équipements sont éligibles à la prime énergie VMC ?

Avant toute chose, notons qu’il existe plusieurs types de VMC : simple flux, et double flux notamment. Ces appareils sont tous deux éligibles à la prime énergie VMC, dans une certaine mesure. Découvrons d’abord leur fonctionnement.

La VMC double flux

L’avantage de ce système de ventilation, c’est qu’il vous permet d’économiser sur votre facture de chauffage en insufflant de l’air chaud au sein du logement. Au total, il est possible d’économiser jusqu’à 20% sur votre facture énergétique ! Ceci explique notamment que la VMC double flux fasse partie des équipements de ventilation éligibles à la prime énergie. Mais comment fonctionne-t-elle vraiment ?

C’est quoi ?

La VMC double flux fonctionne à l’aide d’un double système de ventilation, d’un caisson de ventilation basse consommation, de bouches d’extraction de l’air et d’entrées d’air disposées dans l’habitation. Un premier ventilateur aspire l’air intérieur pour le réinjecter à l’extérieur. L’autre ventilateur extrait l’air extérieur pour l’orienter vers l’intérieur, assurant ainsi un flux continu d’air renouvelé. Un échangeur thermique est quant à lui installé en intérieur et permet de réchauffer ou de rafraîchir l’air en fonction des besoins du foyer. L’air vicié (c’est-à-dire l’air “pollué”, provenant de l’intérieur) croise l’air frais provenant de l’extérieur et contribue à le réchauffer du fait des calories qu’il contient. Soulignons qu’en été, le processus inverse permet de rafraîchir de façon efficiente l’air intérieur, économisant également sur la climatisation.

La VMC double flux a l’avantage de filtrer une grande partie des polluants de l’air intérieur et des allergènes. Le débit d’air s’adapte quant à lui en fonction de la pièce.

Le prix de la VMC double flux ?

Très peu énergivore, la VMC double flux est en revanche assez onéreuse en rénovation. Il faut généralement compter entre 4 000 et 8 000 € pour le remplacement de votre système de ventilation actuel par une VMC double flux du fait de la création de conduits d’air pour le transfert de l’air dans les différentes pièces de votre habitation. La facture peut être bien plus élevée lorsque la VMC est associée à un puits géothermique (ou puits canadien). C’est pourquoi il est d’autant plus intéressant d’obtenir une prime énergie VMC permettant d’absorber une partie du coût des travaux.

La VMC simple flux

Un air frais extrait de l’environnement extérieur est insufflé au cœur du logement, traverse les différentes pièces. Une fois chargé en calories, il devient vicié et est expulsé à l’extérieur par via des bouches spéciales. Un ventilateur équipé d’un mécanisme électrique permet ce transfert d’air.

La VMC simple flux peut être hygroréglable ou bien autoréglable. La différence réside dans la régulation du débit de l’air. La première se régule du fait de l’humidité de l’air, la seconde du fait de la pression du logement. La VMC simple flux autoréglable ne fait pas partie des opérations éligibles à la prime VMC.

Côté prix, comptez entre 1 200 et 1 600€ environ hors taxes pour l’installation d’une VMC simple flux.

Les conditions d’éligibilité du matériel à la prime énergie VMC

VMC double flux hygroréglable ou autoréglable

Les deux modèles sont éligibles à la prime énergie, si tant est que les équipements respectent les conditions suivantes :

  • Pour une VMC double flux hygroréglable : certification CSTBat,
  • Pour une VMC autoréglable : certification NF 205,
  • Pour une VMC double flux modulé : un avis technique du CSTB en cours de validité.

Installation individuelle ou collective de la VMC double flux : des conditions d’éligibilité différentes

Dans le cas d’une installation individuelle, une certification NF 205 est obligatoire pour le caisson double flux. Pour ce qui est d’une installation collective, l’échangeur statique permettant le préchauffage ou le rafraichissement de l’air doit avoir une efficacité supérieure ou égale à 85%. Soulignons que pour les bâtiments collectifs, seules les VMC double flux autoréglables sont envisageables.

La VMC simple flux

Cet équipement permet de bénéficier d’une prime énergie si la puissance du ventilateur est inférieure ou égale à 38 W. En individuel comme en collectif, les entrées d’air, les bouches d’aération et les caissons doivent tous être certifiés CSTBat.

Les conditions d’éligibilité générales à la prime énergie

Des conditions transverses à toutes les opérations CEE doivent être respectées :

  • Effectuer les travaux sur un logement ayant plus de deux ans d’ancienneté,
  • Être résident fiscal en France, être le propriétaire ou le locataire du logement dans lequel sont réalisés les travaux en France,
  • Faire faire les travaux par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). La certification est acquise après suivi d’une formation spécialisante sur la base du volontariat ainsi que d’un audit de chantier. Le professionnel RGE est formé aux travaux de rénovation énergétique et a fourni un ensemble d’assurances permettant d’attester de la santé financière de son entreprise. Sélectionner un artisan RGE permet de valoriser son savoir-faire et d’inciter d’autres artisans à se former également, ce pourquoi il s’agit d’un critère essentiel établi par le gouvernement. Puisque les travaux d’installation d’une VMC peuvent être conséquents, il est préférable de faire appel à un artisan bien sensibilisé aux problématiques de maîtrise de l’énergie en secteur résidentiel.
  • Faire une demande de prime énergie avant de signer un devis avec le professionnel RGE.

 

Ces informations en votre possession, il ne vous reste plus qu’à contacter un fournisseur d’énergie français et à faire le point sur votre chantier. Comparer les propositions de prime est essentiel, le montant de cette dernière varie effectivement d’un acteur à l’autre.

A lire également :