Prime chaudière condensation : un équipement performant à moindre coût

En hiver, chauffer votre logement peut rapidement coûter cher si vous êtes équipé(e) d’une installation de chauffage inadéquate ou vieillissante. Résultat : votre circuit de chauffage autrefois performant est désormais à l’origine de fluctuations de chaleur peu agréables et de déperditions énergétiques importantes. Pour résoudre ce problème ou bien l’anticiper, pourquoi ne pas opter pour la pose d’une chaudière à condensation ? Une prime installation chaudière peut vous être attribuée sous certaines conditions. Retrouvez toutes les informations à ce sujet dans cet article.

La marche à suivre pour l’obtention de la prime énergie chaudière condensation

La chaudière à condensation fait partie des appareils de chauffage éligibles à une prime CEE (ou prime C2E) du fait des économies d’énergie qu’elle vous permet de générer. Plus celles-ci sont élevées, plus le montant de la prime l’est aussi ! Pour bénéficier de la prime installation chaudière condensation, voici les étapes à respecter.

  1. Vérifiez que la chaudière à condensation que vous souhaitez installer dispose d’une efficacité énergétique saisonnière (ou ETAS) supérieure à 90% : c’est un critère indispensable pour profiter de la prime énergie. En effet, la chaudière est alors qualifiée de chaudière à hautes performances énergétiques. Dans la pratique, c’est presque toujours le cas, du fait de l’obligation des fabricants à ne vendre que des chaudières au ETAS supérieur à 86%. Mieux vaut toutefois vérifier sur l’étiquette de votre chaudière avant achat pour éviter une mauvaise surprise.
  2. Souscrivez un contrat de certificat économie d’énergie auprès d’un fournisseur d’énergie. Ce contrat vous garantit de bénéficier de la prime installation chaudière gaz condensation.
  3. Faites appel à un artisan RGE (reconnu garant de l’environnement) en matière de chaudières à condensation pour commencer les travaux. Attention : ne signez pas de devis avant d’avoir souscrit un contrat ! Vous n’auriez plus droit à la prime C2E.
  4. A la fin des travaux, envoyez votre dossier complet sous 6 à 8 mois comprenant une attestation sur l’honneur de votre artisan et les factures des travaux payés au fournisseur d’énergie, pour recevoir votre prime. Celle-ci vous est généralement attribuée sous forme de chèque mais peut aussi vous parvenir en virement bancaire, bon d’achat…

Prime chaudière à condensation en 2020 : quelques exemples

La prime chaudière condensation n’est pas d’un montant fixe. Elle dépend du fournisseur d’énergie auquel vous faites appel mais également des performances de l’équipement que vous aurez sélectionné ou encore de la zone géographique d’habitation. Ci-dessous, retrouvez quelques exemples de montants de primes C2E pour votre chaudière à condensation.

  • 1 215 € pour l’installation d’une chaudière à condensation dans un appartement de 60 m² chauffé au gaz naturel (Ardèche)
  • 950 € pour une maison de 100 m² habitables située en Charente et chauffée à l’énergie électrique

Bien sûr, réalisez vous-même avant les travaux une simulation de prime propre aux spécificités de votre chantier. C’est essentiel. Vous pouvez également consulter notre guide complet sur la Prime Energie Chaudière pour prendre connaissance de l’ensemble du dispositif CEE.

Fonctionnement et spécificités d’une chaudière à condensation

Sur une chaudière traditionnelle, les gaz d’échappement sont à l’origine d’une perte thermique importante. Ceux-ci contiennent en grande partie – outre des gaz à effet de serre – de la vapeur d’eau à haute température issue de la combustion. La température de ces fumées peut atteindre 250°C pour une chaudière traditionnelle au fioul et 160°C pour un modèle au gaz.

Le principe de la chaudière à condensation est de puiser dans les calories de la vapeur de ces fumées pour produire davantage de chaleur au cours de chaque cycle de chauffe. Ce type de chaudière consomme donc moins de combustible pour une qualité de chauffe équivalente et peut atteindre un rendement de 111%, tout en rejetant moins de CO2 dans l’atmosphère.

Chaudière à condensation principe de réutilisation de la vapeur d’eau

Très concrètement, voici les étapes de fonctionnement d’une chaudière à condensation :

  • Allumage de la chaudière et combustion du gaz (ou du fioul) lors de son contact avec l’oxygène de l’air. Le combustible ainsi brûlé libère donc, en plus de l’énergie utilisée au chauffage, de la fumée contenant de la vapeur d’eau.
  • Transformation des fumées latentes de la combustion pour recueillir l’eau qu’elles contiennent. Il faut pour cela faire passer la fumée à l’état liquide en la refroidissant.
  • Condensation de la vapeur d’eau obtenue (d’où le nom de chaudière à condensation) au moyen de l’échangeur condenseur. Cette étape permet la libération de l’énergie présente dans les vapeurs et s’effectue à une température avoisinant les 50 à 55°C. L’énergie obtenue est cédée au circuit d’eau de retour de la chaudière, qui reste ainsi préchauffée (il faudra donc moins d’énergie donc de combustible pour lui faire atteindre sa température de consigne par la suite).
  • Expulsion de l’eau utilisée via le circuit des eaux usées, à la fin du processus.

Le processus expliqué ci-dessus permet à la chaudière à condensation d’être très économe en énergie dès son installation et sur le long terme.

Les chaudières à condensation existantes et leurs spécificités

A la différence d’une chaudière biomasse, les chaudières à condensation se distinguent principalement par le type de combustible utilisé : gaz ou fioul. Les deux modèles permettent de bénéficier d’une prime installation chaudière condensation.

Type de chaudière à condensation Spécificités
La chaudière à condensation au gaz C’est la plus répandue, notamment car le gaz est moins onéreux que le fioul. Il faut compter 6,49 € / 100 kWh contre 8,81 € pour du fioul.
La chaudière à condensation au fioul Celle-ci est moins recommandée : prix du combustible plus élevé que le gaz, installation d’une cuve à fioul nécessaire pour le stockage… Outre les problématiques de prix et d’espace que cela engendre, il faut aussi garder à l’esprit que le fioul est une énergie fossile, donc peu respectueuse de l’environnement.

Optimiser le rendement d’une chaudière à condensation : quelques astuces pour changer la donne

Plus la température de chauffe est élevée, moins le rendement de la chaudière à condensation est optimal. Ainsi, l’eau du circuit de chauffage doit être à basse température pour permettre un fonctionnement optimal : moins de 55°C pour un modèle au gaz. Au-dessus de cette température, le refroidissement des fumées de combustion sera peu efficace.

Les émetteurs de chaleur doivent également être à chaleur douce : PCBT (plancher chauffant basse température d’environ 40°C), radiateur chaleur douce à inertie sèche ou à fluide caloporteur… Généralement, vous trouverez ces derniers à un prix de départ d’environ 100 € pour une puissance de chauffe de 1 000 W.

Enfin, opter pour l’installation d’un thermostat ou d’un robinet thermostatique peut vous permettre de réguler l’apport de chaleur dans l’habitation et donc de gagner encore quelques euros sur votre facture de chauffage.

Installation d’une chaudière à condensation et financement

Installer et financer une chaudière à condensation sont deux sujets majeurs à prendre en considération. Pour devenir incollable sur le sujet, voici quelques éléments clés.

Où, comment et par qui faire installer sa chaudière à condensation ?

Où et comment installer la chaudière ? Comprendre les spécificités de son installation vous permettra d’estimer l’ampleur des travaux.

Où installer une chaudière à condensation ?

La chaudière à condensation au sol n’est pas très encombrante. Elle est généralement installée dans une pièce sèche comme un garage par exemple. Certains modèles de chaudières à condensation de type “muraux” peuvent néanmoins être ajoutés à une pièce de vie comme la cuisine ou la salle de bain. Ces modèles sont principalement utilisés en appartement, car leur puissance de chauffe est moindre. Dans tous les cas, seul un artisan certifié pourra vous aiguiller sur la meilleure installation possible, selon la configuration de votre habitation et les besoins du ménage. Notez qu’une meilleure configuration vous permettra de générer davantage d’économies d’énergies et ainsi de percevoir un montant plus important de prime installation chaudière condensation.

Prime Energie chaudière condensation : à qui faire appel ?

Le recours à un plombier chauffagiste certifié RGE est indispensable pour vos travaux de chaudière à condensation. Celui-ci se chargera des étapes de désembouage du circuit de chauffage ou encore de création du conduit des eaux usées.

Bien réalisée, la pose d’une chaudière à condensation vous permet d’économiser jusqu’à 30% sur votre facture de chauffage et de réduire vos émissions de gaz polluants.

La chaudière à condensation est l’un des appareils de chauffage les plus performants et économes du marché. Malgré son prix 30% plus élevé qu’une chaudière classique, son investissement est généralement rentabilisé au bout de 5 à 6 ans du fait de la prime installation chaudière condensation à laquelle elle donne droit et de son excellent rendement. Alors, pourquoi ne pas sauter le pas ?

Voir aussi :